Les grandes réalisations

.

pont.png

 

La voie de liaison Sud, comprenant un nouveau pont sur la Vienne,  mis en service le 5 février 2006,  constitue le premier chantier majeur à l’actif de Limoges Métropole.
Cet équipement permet à l’agglomération de Limoges de conforter son rôle de premier pôle économique et humain du Centre-ouest de la France en assurant plusieurs fonctions :

  • revitaliser et irriguer les secteurs sud de l’agglomération et plus particulièrement la zone d’activité Magré-Romanet (plus de 300 entreprises) dont des entreprises phare comme Legrand) et La Ribière.
  • relier les secteurs boulevards urbains à l’autoroute A20 en maillant les voies radiales sud (rue de Nexon ; rue de Solignac, route du Vigen, route de Toulouse).
  • améliorer la desserte du Centre Hospitalier Universitaire (1er employeur de la région avec plus de 4000 personnes) et de l’aéroport de Limoges-Bellegarde pour le sud et l’ouest de l’agglomération.
  • faciliter les franchissements de la Vienne avec la création d’un quatrième pont routier.
  • améliorer la sécurité des déplacements dans l’agglomération de Limoges
  • rééquilibrer les trafics en contribuant ainsi à la qualité de l’environnement (bruit, air…) et en favorisant les transports collectifs.


Cette nouvelle voie, d’environ 4 kilomètres (dont 2800m de création), à 2 fois deux voies, comprend 7 ouvrages d’art, dont le 4ème pont sur la Vienne est l’ouvrage majeur

La voie :

Elle comporte 2 chaussées à 2 voies avec une piste latérale de 3 mètres de large supportant le cheminement piétons et la piste cyclable. Les aménagements paysagers assurent l’insertion de cet équipement au sein des vallées de la Vienne et de la Valoine.
D’une longueur de 3,9 Km dont 2,8 Km de voie nouvelle, elle complète le dispositif existant des boulevards urbains par un bouclage au sud de Limoges.

Le Pont sur la Vienne :

C’est l’ouvrage d’Art  le plus important de la Voie de Liaison Sud avec une longueur de 175 m dont 95 de franchissement direct de la rivière
En juillet 2000 c’est le bureau d’étude Jean Muller International – Scetauroute – Virlorjeux – Lavigne, qui a été chargé sa conception (Michel Virlojeux par ailleurs conseiller technique pour le pont-viaduc de Millau). Il est à double arc avec un tablier en béton à haute performance. Son caractère est essentiellement urbain par sa forme de pont passerelle qui accueille également piétons et cycliste

Le pont rail :

Réalisé par Réseau Ferré de France et la SNCF, ce pont  permet à la voie de liaison de passer sous à la ligne Paris- Toulouse. Cet ouvrage particulier intègre l’ancien ‘boviduc’ en pierre de taille.

Le pont de la rue de Condat :

De facture plus classique, il s’agit d’un ‘pont cadre’ en béton, permettant le franchissement de la Route de Condat-Poulouzat.

Le passage sous la route d’Aixe :

Ce passage souterrain, dit ‘trémie du Clos Moreau’, permet un accès direct du boulevard Bel Air vers le quai Salvator Allende.

Les points d’échanges :

Ils sont assurés par un carrefour à feux au clos et par des carrefours giratoires pour les intersections avec la rue de Nexon, la rue de Solignac, la route du Vigen et la rue de Toulouse..

 Le boulevard de la Valoine :

Sur une emprise de voie légèrement réduite afin d’améliorer la sécurité et de réduire la vitesse, il bénéficie de l’adjonction d’une piste piétons et cycles. De plus son environnement est réaménagé pour s’harmoniser avec l’ensemble de la voie de liaison sud.

Le respect des paysages et de l’environnement :

Des mesures paysagère ont été mises en œuvre selon différentes séquences pour respecter les espaces traversés (vallée de la Vienne de la Valoine).
Des dispositions ont été prises dans le respect du Code de l’Environnement et notamment pour ce qui relève de la police des eaux et de la gestion des eaux pluviales. Une attention particulière a également été apportée sur la réduction des nuisances dues au bruit.
 

Coût de la réalisation : Le montant total de réalisation de la Voie de Liaison Sud a été  de 33,7 millions d’Euros TTC répartis entre Limoges Métropole (55%), le département de la Haute-Vienne (22%), la région Limousin (13%), et l’Etat (10%) Les travaux se sont échelonnés sur 30 mois. Il faut rappeler que toutes les acquisitions foncières préalables ont été réalisées par la Ville de Limoges.