Artistes ou groupes de la région Nouvelle Aquitaine, l'Agglo vous invite au Zénith. Tentez votre chance sur la page facebook du tremplin.

Après une première saison très réussie qui a vu la victoire d'Initial Data, Trois cafés Gourmands et Arkabash, revoici le tremplin de l'Agglo pour la deuxième édition avec quelques nouvelles règles.

Pour participer et figurer parmi les 10 artistes qui joueront le 14 octobre sur la scène du Zénith de Limoges Métropole, il faut
 

- être un artiste de 18 à 35 ans maximum (ou un groupe dont la moyenne d'âge ne dépasse pas 35 ans)
- Habiter en région Nouvelle Aquitaine
- Proposer des créations originales
 

Vous avez jusqu'au 18 juin pour tenter votre chance :
- Postez une vidéo ou un lien sur la page Facebook de l'Agglo : 
https://www.facebook.com/tremplinagglo
- Remplissez le formulaire d'inscription à télécharger sur le site internet de l'agglo (http://www.agglo-limoges.fr/fr/content/jeunes-en-scene) et renvoyez-le sur l'adresse mail indiquée
 

Pour tous renseignements : jeunesenscene.limogesmetropole@gmail.com

Le nom du parrain 2017 sera dévoilé dans quelques semaines


Bonne chance à tous !

Le Métropol d'avril est en ligne

Pour le consulter, cliquez ici

Accueilli par Jean-Paul Duret, président de la STCLM (Société des Transports en Commun de Limoges Métropole), Gérard Vandenbroucke, président de la Communauté d’Agglomération Limoges Métropole, accompagné de Jacques Migozzi, vice-président en charge des transports du futur, a visité le dépôt situé rue du Clos Moreau à Limoges et est allé à la rencontre des agents.

Ça bouge à la STCLM depuis quelques mois ! Développement d’une offre complémentaire avec de nouvelles dessertes et de nouveaux arrêts, nouvelle gamme tarifaire intégrant des solutions intermodales, modernisation des équipements avec le renouvellement des véhicules du réseau, projets de Transport en Commun en Site Propre (TCSP) et projet de construction d’un second dépôt : Limoges Métropole veut offrir ainsi un service de transport urbain constamment amélioré pour plus de confort et de sécurité à destination de ses usagers.

Ces améliorations et la mise en place de ces projets mettent à contribution les agents de la STCLM, exploitant des lignes de transport pour le compte de l’Agglo, Autorité Organisatrice de la Mobilité et demande une constante adaptation à l’ensemble des équipes, du contrôleur au conducteur, en passant par l’agent technique.

L'une des évolutions fortes mises en place en 2016 a été la révision des tarifs avec notamment un tarif unique pour les moins de 26 ans : 90 euros/an (– de 50% pour les 18/26 ans par rapport à la grille tarifaire précédente). Dans le même temps, c'est le même tarif (90 euros annuel) qui a été mis en place pour les plus de 65 ans excepté pour les personnes à faible revenu (minima social équivalent au Smic net/mois pour une personne seule) qui bénéficient toujours d’une gratuité totale.

Des tarifs pour tous

Cette évolution tarifaire a également permis la création de plusieurs formules nouvelles adaptés aux déplacements en familles ou entre amis : la possibilité de faire voyager gratuitement une autre personne lors des soirées (après 19 heures) et les week-ends, des titres « groupe » élargis, des titres « 24 heures » allant jusqu’à 5 personnes, un titre non-nominatif que l’on peut prêter à un proche pour se déplacer.

Limoges Métropole poursuit aussi la modernisation des équipements avec le renouvellement des véhicules du réseau. En 2016, 1,8 million d’euros TTC a été investi pour l’achat de 7 véhicules (3 bus articulés, 2 midibus et 2 véhicules TPMR). En 2017, il est prévu l’acquisition de 6 bus standard et 2 trolleybus articulés pour un montant prévisionnel de l'ordre de 4,7 M d’euros TTC. Au total, au 31 décembre 2016, 127 véhicules composaient la flotte existante.

Autre évolution à court terme :  le projet de construction d’un second dépôt en Zone Nord qui pourrait voir le jour d’ici la fin 2019 au niveau du parc d’activités de la Grande Pièce. Ce second dépôt aurait pour objectifs de décongestionner le dépôt existant situé rue du Clos Moreau à Limoges (pouvant accueillir une centaine de véhicules) et ainsi d'optimiser les dessertes en limitant les voyages à vide des véhicules. Ce projet est également motivé par l’arrivée prochaine d’une nouvelle génération de matériel roulant.

Photo : la visite des installations le 23 mars par le président de Limoges Métropole Gérard Vandenbroucke, le président de la STCLM Jean-Paul Duret, le vice-président de l'Agglo délégué aux "transports de demain" Jacques Migozzi et le directeur de la STCLM Germain Sauvêtre /  © Nassufou Chytti / Limoges Métropole

Des dessertes améliorées en 2016

- Un service de transport à la demande pour Peyrilhac, Saint-Gence, Solignac, Boisseuil et le Vigen permettant un acheminement vers les lignes TER à partir des gares Peyrilhac-Saint Jouvent, Nieul et Solignac-Le Vigen, en direction de Limoges ou, un départ directement à partir de ces gares avec un titre STCLM, sans supplément.
- Un service à la demande pour Aureil, Eyjeaux, Saint-Gence, Verneuil-sur-Vienne et Veyrac vers les nouvelles lignes express 1 et 2, plus directes, en direction de Limoges.
Saint-Just-le-Martel : Évolution de dessertes avec l’instauration d’un dispositif de transport scolaire, évolution de l’offre de la ligne 34 et création d’une nouvelle ligne (46) allant de Fontaguly (St Just) à Limoges (Pl.Churchill).
Couzeix : Adaptation de la ligne 38 (Couzeix - Limoges) avec des changements d’horaire pour plus de praticité et un nouveau service à la demande en connexion avec la ligne 25 sur le secteur Landou (jusqu’alors non desservi)

Un projet urbain d'ampleur : le TCSP

Le conseil communautaire a défini dès le 30 juin 2016 les principes de définition du projet de Transport en Commun en Site Propre (TCSP), considéré unanimement comme une contribution considérable à la modernisation du réseau de transport de Limoges Métropole. Les premières étapes opérationnelles connaissent aujourd’hui leur concrétisation.Ce sont ainsi trois priorités qui ont été définies pour faire du projet de TCSP un engagement fort de la collectivité pour le développement du territoire :

  • La création d’un nouveau système de transport pour une meilleure articulation entre l’urbanisation et les dessertes par les transports collectifs.

  • L’amélioration des conditions de la mobilité dans l’agglomération comme facteur de développement économique.

  • L’évolution des pratiques de déplacements et l’amélioration de la qualité de vie des habitants de l'agglomération.

Le projet de réorganisation des lignes de transport a fait l’objet jusqu’alors d’étude technique d’ordre général (pré-étude de faisabilité) entre 2009 et 2011. Cette étude a permis de valider l’opportunité du projet et de dégager les grandes orientations de ce projet. Afin que les élus de l’Agglomération puissent déterminer les orientations et conditions de la poursuite du projet, il est nécessaire d’actualiser les études antérieures et réaliser l’ensemble des études préliminaires et analyses portant sur les aspects environnementaux, sociaux, économiques et techniques du projet. En outre, ces éléments permettront d’engager la concertation avec les habitants du territoire pour informer des éléments du projet et recueillir les avis et remarques pour l’enrichir ou l’amender le cas échéant.

Les deux lignes structurantes pourraient être :
- 1 axe ZI Nord/Beaubreuil – Gare Bénédictins – Hyper centre de Limoges
- 1 axe Panazol - Gare/Casseaux – Hyper centre de Limoges - Facultés/CHU

Au cours des prochains mois de l’année, plusieurs études techniques vont permettre de livrer des éléments permettant d’alimenter le projet et en particulier l’étude de réorganisation de l’ensemble des lignes en lignes avec les tracés des deux lignes structurantes du TCSP. Cette étude débutera à l’été 2017 et devrait durer un an.

Sous l’impulsion de Limoges Métropole, la Centrale Energie Déchets de Limoges Métropole (CEDLM) optimise la gestion de son énergie.

Limoges Métropole et Véolia s’inscrivent ainsi dans une politique volontariste d’amélioration des performances énergétiques en produisant davantage d’énergie à partir des déchets et en réduisant les consommations de la centrale.

Veolia a ainsi obtenu les certifications OSHAS 18001 (Management de la Santé et Sécurité au travail), ISO 14001 (Management de l’Environnement) et ISO 9001 (Management de la qualité), avant de déployer un système de management de l’énergie sur la CEDLM.
Délivré par l’organisme AFNOR Certification le 16 mars 2017, cette certification selon le référentiel international ISO 50001 récompense une démarche engagée en 2014 impliquant l’ensemble du personnel, la préservation des ressources naturelles, le développement des énergies renouvelables et la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Photo  © V Monteil / Limoges Métropole

La journées "portes ouvertes" rue Bernard-Palissy a suivi l'inauguration officielle du nouveau bâtiment.

Près de 200 personnes sont venues découvrir le lieu de travail des agents de l'Agglo au 19, rue Bernard-Palissy, le samedi 18 mars, en présence du Président Gérard Vandenbroucke, de plusieurs élus et de l'architecte Frédéric Mazabraud qui ont assuré des visites guidées à la demande.

Cette journée portes ouvertes était organisée au lendemain de l'inauguration officielle du bâtiment par le Président Vandenbroucke, le Préfet Raphaël Le Méhauté, le député européenn Jean-Paul Denanot, la vice-présidente du conseil régional Huguette Tortosa, la députée Catherine Beaubatie et le président du conseil départemental Jean-Claude Leblois, ainsi que des élus de l'Agglo, l'architecte Frédéric Mazabraud et des représentants des entreprises ayant travaillé sur ce chantier de réhabilitation.

Pour rappel, ce chantier a permis de regrouper les agents auparavant dispersés sur 7 sites différents (soit environ 150 personnels) appartenant à la direction générale, aux directions des finances, des ressources humaines, des affaires juridiques, du développement économique, de la communication, de l'informatique, des marchés publics, des assemblées et affaires communautaires.

L'objectif, outre la constitution d'un véritable siège et guichet unique d'accueil pour l'Agglo et de faire baisser les coûts de ''logement'' des services, était d'éviter l'apparition d'une friche en centre-ville après l'abandon des locaux par Groupama, mais aussi de rénover les lieux dans un souci d'économie énergétique.
Les travaux ont été réalisés entre 2016 et 2017 par des entreprises locales uniquement, pour 3,6 millions d'euros, cofinancés par Limoges Métropole, l'Etat, l'Europe et la Région.

Albums photo à découvrir sur notre page facebook

Photo © S. Marmain / Limoges Métropole

Le Président Gérard Vandenbroucke et son vice-président Claude Brunaud ont reçu, au siège de l’Agglo rue Palissy, les principaux responsables des organismes et entreprises de travaux publics locales.

En 2017, près de 60 millions d’euros vont être investis par Limoges Métropole (3,8 M€ de plus qu’en 2016) dont 20,88 M€ pour la voirie, 8,4 M€ pour l’assainissement, 1,7 M€ pour les infrastructures numériques et 2,7 M€ pour le transport et la mobilité, des opérations qui seront directement au bénéfice des entreprises locales de travaux publics. Une volonté résolue, conforme au Contrat de Cohésion Territoriale, avec l’objectif de construire un territoire compétitif, durable, solidaire et à haut niveau de qualité de vie. L’engagement de l’Agglo se veut ainsi un levier décisif pour l’économie locale.

Parmi les grands chantiers en cours, on peut citer le vélodrome Raymond Poulidor (3,4 M€ dont 47% aux entreprises locales), les travaux de requalification des rues piétonnes du centre-ville de Limoges (2,9 M€ dont 1,85 M€ investis par l’Agglo, 100% d’entreprises locales), les travaux de réaménagement de l’avenue de Louyat (2,72 M€ dont 1,97 agglo et 100% d’entreprises locales). En 2017 débutera le programme de rénovation urbaine de la Bastide (18 M€ au total) et en 2018 et le réaménagement du secteur CHU-Vanteaux (19 M€ au total)

 

Plus d'infos dans le dossier de presse ici

 

Photo © Vanessa Monteil / Limoges Métropole

 

L’assemblée délibérante est passée de 54 à 74 élus. Première réunion de ce nouveau conseil ce soir 9 mars à Chaptelat.

Gérard Vandenbroucke, président de la Communauté d’Agglomération Limoges Métropole a accueilli 20 nouveaux élus communautaires au siège de l'Agglo à Palissy. Objectif : leur permettre d'approfondir leur connaissance pratique de l’EPCI, à travers un échange avec lees services mais également d'appréhender concrètement le rôle central de leur fonction d’élus communautaires.
 
Pourquoi 20 nouveaux élus ?
Lle 1er janvier 2017, le périmètre de Limoges Métropole a été étendu à la commune de Chaptelat. Conformément au Code Général des collectivités Territoriales, cette extension a conduit à une redéfinition du nombre global de conseillers communautaires (qui passe de 54 à 74 élus). En effet, la représentation des communes de l’Agglo au sein du Conseil communautaire faisait jusqu’alors l’objet d’un accord local établi par les communes membres au sein des statuts de Limoges Métropole. Les règles de détermination
des accords locaux ont aujourd’hui évolué (jurisprudence du Conseil Constitutionnel « commune de Salbris » du 20 juin 2014), la représentation du conseil communautaire doit ainsi prendre en compte le principe général de proportionnalité par rapport à la population de chaque commune membre de l’Agglo.
Ces nouvelles dispositions doivent désormais s’appliquer en cas de modification du périmètre de l’EPCI. C’est le cas pour Limoges Métropole depuis l’entrée de Chaptelat au sein de l’Agglo, mettant fin à l’accord local. Toutes les communes de Limoges Métropole ont ainsi été amenées à délibérer fin 2016 sur le choix d’une nouvelle répartition. La répartition du droit commun l’a emporté à l’unanimité et entrainé l’élection de nouveaux conseillers pour six communes (Limoges : 10 nouveaux délégués communautaires supplémentaires, Panazol : 3 supplémentaires, Couzeix et Isle : 2 supplémentaires et Feytiat et le Palais-sur-Vienne : 1 supplémentaire) mais également pour Chaptelat, commune nouvellement intégrée au sein de l’Agglo qui a désigné un élu.
 

 

Les voyageurs de la ligne 4 de la TCL (Montjovis<>St-Lazare via rue Jean-Jaurès) peuvent désormais se connecter gratuitement via leurs smartphones et tablettes à l'Internet sans fil grâce au wifi installé dans les trolleys articulés qui circulent sur cette ligne. La ligne 4, ligne centrale de Limoges, a été choisie en test pour sa fréquentation et la durée moyenne des trajets.
Les informations de connection sont journalisées et respectent la contrainte légale des fournisseurs d'accès.
Pour utiliser ce service, le voyageur devra activer l'option wifi sur son smartphone et se connecter en précisant son nom et son prénom et le nom du réseau ''WIFI TCL''.
 

Les élus de Limoges Métropole et les responsables de la STCLM et son président Jean-Paul Duret ont testé ce nouveau service.

 

Photo © V. Monteil

Mardi 7 février a eu lieu à ESTER le premier petit déjeuner thématique labélisé Limoges Métropole FRENCH TECH sur le thème des « Dispositifs de secours en maisons connectées chez des personnes en perte d'autonomie », en présence des acteurs de l’éco-système French Tech en lien avec la thématique.

Tout au long de l’année et afin de proposer aux acteurs et partenaires du label Limoges Métropole French Tech des moments d’échanges et de concertation autour de thématiques spécifiques, des petits déjeuners seront proposés tous les 2èmes mardis de chaque mois. le premier s'est tenu cette semaine avec les pompiers du SDIS 87.

De 8h30 à 10h30, le Commandant Sabourdy a exposé aux participants les difficultés d’intervention des secours dans les maisons connectées. En 2016, 12% des 18 000 interventions du SDISS 87 étaient liées à du relevage de personnes. Le commandant a également indiqué que les interventions incendie représentaient 4% des cas et que celles situées dans des bâtiments abritant des personnes âgées ou à mobilité réduite nécessitaient pour les secours d’être en possession rapide d’informations liées à la connaissance du bâtiment et à son accessibilité. Des pistes d’évolution et de progrès ont pu être évoquées lors des échanges telles que la localisation précise des appels, l’optimisation des moyens d’urgence ou encore l’amélioration de l’information visuelle sur les locaux.

 Les prochaines thématiques abordés seront « les prises de courant connectés/ MyPlug »  en mars et « l’innovation dans un grand compte. Quelle démarche ? Quelle place pour les start ups ou T.P.E. ? » en avril.

L’objectif pour Limoges Métropole : continuer à dynamiser tout au long de l’année le réseau autour des trois grands piliers de la philosophie French Tech : Fédérer, accélérer et rayonner. En effet, pour le président de la Communauté d’agglomération Limoges Métropole, Gérard Vandenbroucke : « Au-delà de la démarche qui a représenté une véritable action collective entre institutions, associations, pôle de compétitivité, chercheurs et entreprises, et par cette labellisation, Limoges Métropole et ses partenaires confirment leur engagement résolu à soutenir le développement de l'économie et notamment sa transformation numérique, source de services innovants et véritable gisement d'emplois nouveaux ».

Photo © Eve Leboutet /ESTER Technopole

La labélisation LIMOGES METROPOLE FRENCH TECH, qu’est-ce que c’est ?

En juillet 2016, le territoire de Limoges Métropole a obtenu le label « Limoges Métropole French Tech Thématique», suite à sa candidature déposée en avril 2016 et établie autour de «la Qualité de Vie dans un Bâtiment Intelligent», centrée sur deux axes majeurs : la Silver Économie (l’économie du bien vieillir) et les Bâtiments Intelligents et Adaptés (performance énergétique, objets connectés...). Suite à cette labellisation, le territoire a intégré ainsi le réseau thématique : « Santé »Le label Limoges Métropole French Tech s’appuie sur une dynamique collective et coordonnée rassemblant les acteurs et ressources concentrés sur la Technopole ESTER, sur les Grands Comptes du territoire communautaire, de même que sur un important réseau d’entreprises et de partenaires issus du monde de la recherche. 

Le président Vandenbroucke, Alain Delhoume et Marie-Anne Robert-Kerbrat, élus communautaires et Julie Lenfant, maire de Chaptelat ont effectué une visite de fin de chantier à l’ancien étang de la Bussière.

Aujourd’hui, sur ce site de Chaptelat où se trouvait un étang il y a encore quelques mois, ne subsiste qu'un simple cours d’eau permet la continuité de l’Aurence à travers la prairie.

Les travaux réalisés ont effectivement permis « l’effacement" d'un étang de 7 000 m2 (19 800 m3 d’eau) afin de restaurer la continuité des rivières de l’Aurence et de l’Auzette, permettant ainsi de rétablir la libre circulation des poissons et la mobilité sédimentaire. 

Pour réussir une telle opération, il faut techniquement « effacer » ou aménager les seuils et barrages, voire parfois les étangs, qui créent des obstacles sur le cours d’eau. Dans les années 70, de nombreux étangs ont en effet été créés en Limousin pour répondre à une forte demande de loisirs. Mais leur abondance, leur densité mais aussi parfois l’absence de gestion ont eu des impacts néfastes sur la ressource en eau et sur les milieux aquatiques.

Un CTMA avec l’Agence de l’Eau et la région

L’effacement de l’étang de la Buissière, sur demande de son propriétaire a été coordonné par la Communauté d’Agglomération Limoges Métropole  dans le cadre du Contrat Territorial des Milieux Aquatiques (CTMA) des bassins versants de l’Aurence de l’Auzette, pour lequel un arrêté préfectoral avait été signé en septembre 2011. Fin 2011, Limoges Métropole avait signé à son tour avec l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne et le Conseil Régional un CTMA sur ces deux rivières. Le programme d’interventions était réparti sur les années 2012-2016 visait à restaurer le bon état écologique de ces deux cours d’eau.

Le chantier d’effacement de l’étang de Chaptelat, d’une durée de près de 5 mois, dont le montant des travaux s’élevait à 5 358 euros TTC, a été financé par l’Agence de l’Eau à hauteur de 70 %, par la Région à hauteur de 10 % et par le propriétaire de l’étang à hauteur de 20%. 

Photo © Limoges Métropole / Vanessa Monteil

Pages