Chaptelat : on a effacé l'étang pour la bonne cause

Le président Vandenbroucke, Alain Delhoume et Marie-Anne Robert-Kerbrat, élus communautaires et Julie Lenfant, maire de Chaptelat ont effectué une visite de fin de chantier à l’ancien étang de la Bussière.

Aujourd’hui, sur ce site de Chaptelat où se trouvait un étang il y a encore quelques mois, ne subsiste qu'un simple cours d’eau permet la continuité de l’Aurence à travers la prairie.

Les travaux réalisés ont effectivement permis « l’effacement" d'un étang de 7 000 m2 (19 800 m3 d’eau) afin de restaurer la continuité des rivières de l’Aurence et de l’Auzette, permettant ainsi de rétablir la libre circulation des poissons et la mobilité sédimentaire. 

Pour réussir une telle opération, il faut techniquement « effacer » ou aménager les seuils et barrages, voire parfois les étangs, qui créent des obstacles sur le cours d’eau. Dans les années 70, de nombreux étangs ont en effet été créés en Limousin pour répondre à une forte demande de loisirs. Mais leur abondance, leur densité mais aussi parfois l’absence de gestion ont eu des impacts néfastes sur la ressource en eau et sur les milieux aquatiques.

Un CTMA avec l’Agence de l’Eau et la région

L’effacement de l’étang de la Buissière, sur demande de son propriétaire a été coordonné par la Communauté d’Agglomération Limoges Métropole  dans le cadre du Contrat Territorial des Milieux Aquatiques (CTMA) des bassins versants de l’Aurence de l’Auzette, pour lequel un arrêté préfectoral avait été signé en septembre 2011. Fin 2011, Limoges Métropole avait signé à son tour avec l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne et le Conseil Régional un CTMA sur ces deux rivières. Le programme d’interventions était réparti sur les années 2012-2016 visait à restaurer le bon état écologique de ces deux cours d’eau.

Le chantier d’effacement de l’étang de Chaptelat, d’une durée de près de 5 mois, dont le montant des travaux s’élevait à 5 358 euros TTC, a été financé par l’Agence de l’Eau à hauteur de 70 %, par la Région à hauteur de 10 % et par le propriétaire de l’étang à hauteur de 20%. 

Photo © Limoges Métropole / Vanessa Monteil